1. Le projet de Coopérative

Le projet de la coopérative s’articulera au travers de 2 axes :
  • - Celle-ci répond à la demande de tout consommateur bruxellois recherchant de la viande « durable et heureuse (1) » quel que soit ses pratiques rituelles ou appartenances religieuses, en organisant une Coopérative à responsabilité limitée et à finalité sociale (SCRLFS) (2) pour une filière de mise en marché de viande et en y intégrant le respect du bien-être animal durant tout le processus menant à l’abattage.
    (1) Le concept de viande « heureuse » ou « Happy Meat » est définit par Yvan Beck (source :  http://planetevie.be/ou-trouver-de-la-viande-heureuse/) comme étant issue d’éleveurs responsables, travaillant en circuit courts et autonomes et respectant l’animal en tant qu’être vivant à part entière.
    (2) Nous avons choisi la création d’une  Coopérative sous forme de SCRLFS car :
    - Celle-ci n’est pas vouée à l’enrichissement de ses associés . La rétribution est limitée à maximum 6 % des parts en fonction des bénéfices annuels et de la décision de l'Assemblée générale. Il n’y aura pas de possibilité de plus-value à la revente
    - Chacun a son mot à dire en matière de prise de décision
    - Les employés et partenaires sont aussi invités à devenir coopérateurs
    - On garantit un équilibre entre les salaires des dirigeants et ceux des travailleurs
    - Chaque membre contribue au capital et le contrôle démocratiquement- Les coopérateurs investissent dans un projet donnant primauté à l'éthique, la recherche de profit ne nuit pas à l'intérêt général
    - Elle permet, dans une certaine mesure, d’accueillir de nouveaux actionnaires sans passer chez le notaire
    - Elle nous permet de distribuer des ristournes aux coopérateurs-clients
  • Celui-ci répond à la demande des petits producteurs de faciliter la mise sur le marché en circuit-court de leurs productions par l'intermédiaire d'un atelier de découpe mutualisé accessible au centre de Bruxelles. Cet atelier de découpe permettra en même temps d’assurer la traçabilité de la filière .

2. Les objectifs

  • Inciter les restaurations collectives touchant un public multiculturel à proposer des viandes durable issues de la filière : Sodexho, restaurants sociaux, etc…
    • - au travers d’ateliers culinaires, DIY, moments de dégustation, conférences, stand d’infos etc…. afin de trouver un juste équilibre entre la consommation de protéines animales et végétales
    • - entre les acteurs de la filière et les consommateurs de tous horizons au travers de reportages, articles afin de contribuer à une meilleure compréhension entre communautés différentes se côtoyant au quotidien et à mieux faire comprendre des concepts parfois mal compris
    • - entre les producteurs et responsables des abattoirs afin d’optimiser l’aspect du bien-être animal durant le processus menant à l’abattage
  • - Permettre à tout consommateur de devenir « Acteur » au travers de la coopérative.
    Le but étant de s’inscrire au niveau de la gouvernance dans un processus dynamique, évoluant en fonction des besoins et en tenant compte des  moyens humains, matériels et financiers dont le projet disposera. Les consommateurs pourront participer à la gestion du projet de différentes manières, en ayant la possibilité de devenir :
    - Administrateur
    - Membre d’un Comité . Les Comités spécialisés seront formés d’experts en différentes matières selon les besoins spécifiques du CA, exemples : Éthique / Bien-être animal/ Vétérinaire/ Nutrition / Santé / Finance / Gestion d’entreprise / Marketing/ Etude de marché / Communication :   rédaction et graphisme
    - Membre d’un Groupe de Travail. Ils répondront à des besoins spécifiques et ponctuels de l’assemblée générale, des administrateurs ou des    comités spécialisés.
    • - Permettre à tout consommateur de participer à la certification participative (1) de la filière
    (1) La certification participative est un système qui regroupe les organisations, les producteurs et les consommateurs afin d’unir leurs efforts pour offrir aux consommateurs une forme alternative de garantie. Il permet de certifier les producteurs sur la base d’une participation active des acteurs concernés et sont construits sur une base de confiance, de réseaux et d’échanges de connaissances.
    Elle représente une alternative à la certification par tiers et est particulièrement adaptée aux marchés locaux et aux filières courtes, comme les marchés locaux, la ferme ou les magasins de proximité. Ils peuvent aussi complémenter la certification par tiers avec un label privé apportant des garanties et une transparence supplémentaires.
    La certification participative permet une participation directe des producteurs, des consommateurs et d’autres acteurs dans : le choix et l’élaboration du cahier des charges- Le développement et la mise en œuvre des procédures de certification - Les décisions de certification.
    • - Établir un partenariat durable alliant tous les acteurs de la filière afin quel le processus mis en place ait un impact négatif réduit sur l’environnement et un impact positif sur le bien-être animal et humain
  • - En conseillant des améliorations concrètes dans les systèmes d’abattage tant au niveau des infrastructures qu’au niveau des formations du personnel ; et en testant des pratiques d’euthabattage (1) phytohoméoptahiques afin de minimiser les stress et les souffrances tant chez l’animal que chez l’Humain dans le traçage de tout le processus menant à l’abattage.
    (1) Euthabattage : consiste en la mise en place de médecines naturelles permettant de préparer l’animal avant l’abattage pour réduire la souffrance animale.
    • - En facilitant l’accès à une viande de qualité et à un juste prix tant pour le consommateur que pour le producteur via les points relais
    • - En incluant tout public concerné par la démarche, quel que soit son appartenance culturelle ou religieuse